Conseils avant l'achat d'un site internet

Conseils avant l’achat d’un site internet

De nos jours, il est indispensable lorsque l’on exerce une activité (commerçant, freelance, entrepreneur) de créer le site internet qui lui correspond. Pour beaucoup de gens, le premier réflexe pour obtenir des informations sur un commerce ou un entreprise consiste désormais à faire une recherche sur internet. La présence sur le web est donc cruciale pour faire connaître ses produits ou ses services. L’absence d’un site se traduit immédiatement par une perte de clients et de contacts. Développer un site internet efficace et de qualité nécessite des compétences précises, et vous allez devoir vous tourner vers une personne ou une agence spécialisée. La demande pour ce genre de services est importante. Beaucoup d’indépendants et d’entreprises se sont lancés à l’assaut de ce marché, avec des degrés de compétences et de qualifications variées.

Afin d’éviter toute déconvenue lors de la commande, l’achat et surtout lors de l’entretien à long terme de votre site web, nous allons passer en revue les points essentiels à vérifier avant de vous engager. Si vous avez toujours des questions après la lecture de cet article, n’hésitez pas à nous contacter ou à laisser un commentaire.

Cette article est découpé suivant les trois étapes de la création d’un site web :

  1. La définition de votre site : l’objectif, le contenu et le style
  2. L’hébergement et le nom de domaine : la mise en ligne
  3. L’entretien et la sécurité : les droits de modification, les sauvegardes, les pannes

La communication entre vous et la personne ou l’agence qui va réaliser votre site web (que nous appellerons ici le webmaster) est capitale. L’entretien et la sécurité sont généralement peu discutés lors de la commande d’un site. Pourtant cela concerne la plus grande partie de la vie d’un site web : c’est pourquoi une section tout entière est consacrée à ce sujet.

Nos conseils

  • Si vous êtes pressés, « nos conseils » résument les points les plus importants de chaque section.
  • De façon générale, prenez le temps de communiquer avec votre webmaster et, si possible, rencontrez-le.
  • Ne négligez surtout pas la dernière partie concernant l’entretien et la sécurité !

1. La définition de votre site

1.1 L’objectif de votre site

Avant de faire la moindre démarche auprès d’un webmaster, il faut vous poser la question suivante : « Que voulez-vous exactement et pourquoi ? ». Si la seule réponse qui vous vient à l’esprit est : « Je veux un site web» , c’est un peu court et vous serez très probablement déçu du résultat. C’est équivalent au fait de répondre au serveur d’un restaurant qui vous demande ce que vous désirez : « Je veux manger ». Avoir un site web n’est pas un but en soit, c’est un moyen d’atteindre un objectif. Si celui-ci n’est pas encore suffisamment défini, vous poser les questions suivantes devrait vous permettre d’y voir plus clair :

  1. Votre site est-il une alternative moderne à un annuaire téléphonique ? Un moyen de vous trouver et de vous contacter ?
  2. Est-il avant tout une vitrine pour vos produits ou vos services ?
  3. Donne-t-il la possibilité au client d’établir un devis, d’acheter des biens en ligne, de les personnaliser ?
  4. Permet-il de gérer vos factures, vos clients, ou vos ressources (marchandise, stock) en général ?
  5. Est-il un moyen de contact avec vos clients, une façon de les fidéliser ?

Plus vous cernerez l’objectif premier (ou plusieurs, mais il est préférable de se focaliser sur un seul) de votre site internet, plus votre webmaster pourra adapter celui-ci à vos besoins. Cela vous permettra également d’évaluer si le site qui vous est livré correspond effectivement à vos attentes. À moins que vous n’ayez en tête une idée particulièrement originale, les réponses aux questions ci-avant devraient vous orienter vers un des modèles de sites présentés ici. Le site carte de visite sera adapté si votre objectif principal est de fournir un moyen de vous trouver et de vous contacter. Le site vitrine vous permettra de mettre en avant vos produits. Enfin les sites spécialisés seront plus adaptés s’ils doivent permettent d’acheter des biens en ligne ou s’il s’agit d’un outil de gestion. Si votre site est un moyen de fidéliser vos clients, il sera également nécessaire d’avoir une présence sur les réseaux sociaux, de tenir un blog ou de diffuser une newsletter. Enfin, vous comptez être classé en bonne place sur les moteurs de recherche (Google, Bing, … ), et il sera donc nécessaire que votre site soit optimisé pour le référencement naturel1.

Les modèles présentés ci-dessous sont génériques et peuvent être adaptés. Ils vous permettront de vous faire une idée afin d’orienter efficacement votre webmaster sur vos besoins.

Le site carte de visite

Le but d’un site carte de visite est d’assurer votre présence en ligne, de montrer que vous existez. Beaucoup de clients, particulièrement parmi les jeunes générations, vérifient l’existence d’un site web avant de rentrer dans un magasin, un restaurant, etc. Le contenu d’un site carte de visite va directement à l’essentiel et est généralement constitué d’une seule page d’aspect soigné. Il n’a pas pour but de détailler pleinement l’activité ou les produits vendus, mais il donne une idée générale et facilement compréhensible du service ou du produit fourni.

Il contient les informations de contacts (numéro de téléphone/adresse email), les horaires d’ouverture et les coordonnées de l’entreprise ou magasin (souvent avec une carte Google Maps). Une phrase d’accroche et quelques photos bien choisies permettent de se faire une idée des services et des produits proposés et de la philosophie générale du magasin ou de l’entreprise.

Un site carte de visite est généralement complémenté d’une présence sur les réseaux sociaux généralistes (Facebook, Google Plus, …) et les réseaux sociaux spécifiques à l’activité s’ils existent (TripAdvisor, resto.be, Booking, …). Il est indispensable qu’il soit compatible smartphone et tablette. Par exemple, si un touriste de passage dans votre ville cherche des produits que vous proposez, il doit pouvoir vous trouver aisément via son téléphone. Le prix d’un site « carte de visite » varie entre 600€ et 1500€.

Le site vitrine

Le but d’un site vitrine est de mettre l’accent sur vos produits. Il présente votre magasin, votre activité et les informations de contacts sur la page d’accueil. Une ou plusieurs pages détaillent vos produits/activités et permettent aux visiteurs de les découvrir aisément et en détails. Chaque produit/activité peut avoir sa propre page avec une description ou des remarques spécifiques vous permettant de les mettre en avant.

Le contenu d’un site vitrine est donc assez fourni. Il vous sera nécessaire de lister vos produits, leur description et toute information qui vous semble utile. Suivant votre domaine d’activité, ces produits peuvent varier dans le temps rapidement ou, au contraire, ne varier que très occasionnellement. Afin de vous assurez une réactivité adéquate et une certaine indépendance, il est possible de permettre l’édition de la liste de ces produits et descriptions par vous-même et de manière simple (sans que nous ne deviez passer par votre webmaster).

Si votre activité s’y prête, un blog à caractère informatif dans le domaine qui vous concerne peut s’avérer être une bonne façon de fidéliser vos clients et d’avoir leurs retours via les commentaires. Un blog vous permet ainsi d’expliquer certains points spécifiques de votre activité et ainsi de montrer vos compétences, voire de vous créer une certaine notoriété.

Tout comme le site « carte de visite », le site vitrine est généralement complémenté d’une présence sur les réseaux sociaux. Il est possible d’y ajouter une newsletter (pour tenir vos visiteurs informés de vos promotions, changements, …), d’intégrer l’actualité d’une page d’un réseau social associé, etc. Notez qu’un site vitrine n’est pas un commerce en ligne et il ne permet donc pas de commander, ni de payer en ligne. Le prix d’un site vitrine varie entre 1000€ et 3500€.

Les sites spécialisés

Nous regrouperons dans la catégorie des sites spécialisés les boutiques en ligne (web store, e-shop, …), les sites de gestion (ERP2, CRM3), les applications web (création en ligne). Ils ont tous la particularité d’offrir des services très spécifiques et dépendant de votre activité.

Il peut s’agir d’une boutique permettant la commande, la réservation, la personnalisation et la facturation de biens ou de services directement en ligne. Ou d’un site spécifique et privé permettant la gestion de clients, d’un agenda, de commandes, de factures, etc. Enfin, il peut s’agir d’un logiciel complet permettant par exemple la création de meubles ou de vêtements sur mesure et dont l’interface est disponible en ligne.

Tous ces choix nécessitent un développement spécifique et une attention particulière vis-à-vis de la sécurité. En effet les données traitées par ce genre de site sont souvent sensibles et confidentielles. Ces sites sont généralement développés par une équipe spécialisée et sont parfois complétés d’une application mobile. Il est indispensable de s’adresser à une entreprise de développement (et d’éviter les agences de communication4) qui vous conseillera sur ce qu’il est possible de faire et à quel prix. Ce dernier dépendra grandement des fonctionnalités demandées.

1.2 Le style

L’apparence visuelle et esthétique de votre site fixe l’identité et l’image que vous voulez renvoyer à vos visiteurs. Choisissez un style qui convient à votre activité (classique, sobre, moderne, funky, …)  et qui sera utilisé pour l’ensemble de votre site ! Attention, les variations permanentes de style donnent un sentiment d’amateurisme. N’hésitez pas à vous inspirer d’autres réalisations déjà existantes et à communiquer ces références à votre webmaster. Rappelez-vous qu’un site rempli un but et qu’aucun design ne pourra remplacer le contenu, ne négligez donc pas non plus ce dernier. Finalement, soyez également ouvert aux suggestions de votre webmaster : vous restez seul juge concernant le choix final, mais il pourra vous donner de précieux conseils pour que votre site soit cohérent, ergonomique et adapté à vos visiteurs.

Concernant la disposition des éléments de votre site (l’emplacement des menus, les coordonnées, la façon dont les différentes parties s’agencent, …) il est préférable d’adopter une approche relativement classique et simple. En effet, l’originalité dans la disposition des éléments est généralement une mauvaise idée (à moins qu’elle ne remplisse un but précis). Une disposition classique permet de rassurer le visiteur, de ne pas le désorienter et d’optimiser la compréhension de votre contenu. Sur ce point, faites donc généralement confiance à votre webmaster.

1.3 Le cahier des charges

Une fois le type, le contenu et le style de votre site fixés, demandez qu’un cahier des charges précis soit établi (normalement votre webmaster devrait vous en proposer un d’office !). Il n’est pas nécessaire que cela soit un roman. Il doit simplement lister ce que le prestataire va mettre en place afin que votre site remplisse le but que vous avez fixé. La réticence d’un webmaster à établir un cahier des charges devrait être considérée comme suspecte, comme le refus d’un garagiste de vous dire la couleur ou le nombre de portes de la voiture que vous allez lui commander ! De plus, le cahier des charges protège autant le webmaster que vous contre tout abus ! Le cahier des charges n’est pas un document technique, n’hésitez donc pas à poser des questions à votre webmaster si vous ne comprenez pas certaines des choses qui s’y trouvent. Établissez un dialogue constructif et collaboratif.

Nos conseils

  • Déterminez à l’avance le type de site et le contenu que vous désirez
  • Évitez les webmasters et agences qui ne se centrent pas sur vos objectifs
  • Déterminez un style et maintenez-le (il fixe votre identité)
  • Assurez l’ergonomie de votre site avec une disposition classique du contenu
  • Demandez l’établissement d’un cahier des charges clair avant que le développement de votre site ne commence !

2. L’hébergement et le nom de domaine

Datacenter - ServeurUn site web est un ensemble de fichiers regroupant des informations (textes, images, vidéos, …) et des actions possibles (cliquer sur un bouton, soumettre un formulaire, …). Pour que votre site puisse être visité par tous les internautes, il faut que celui-ci soit hébergé sur un ordinateur spécifique, appelé serveur. En effet, un site web est un peu comme un livre : vous pouvez écrire le plus parfait des livres, si celui-ci ne se retrouve pas dans les rayons d’une librairie ou d’une bibliothèque personne ne pourra accéder à son contenu. Le serveur est donc le bibliothécaire de votre site web, il s’agit d’un ordinateur connecté à Internet en permanence et dont le seul but est de fournir le site web qui lui est demandé, on dit que le site est hébergé sur ce serveur.

Afin d’identifier votre site web dans l’immensité de l’Internet (et plus précisément identifier le serveur sur lequel votre site web est hébergé5), il faut que celui-ci possède une adresse (google.com, facebook.com). Si votre produit s’appelle monsuperproduit, vous désirerez sans doute que l’adresse de vote site internet soit monsuperproduit.com, monsuperproduit.net ou monsuperproduit.be. Pour cela il vous faudra réserver le nom de domaine6 correspondant, à condition que celui-ci ne soit pas déjà utilisé par quelqu’un d’autre.

Les serveurs et les noms de domaine se louent généralement à l’année, il s’agira donc de coûts récurrents Ces services sont fournis par des entreprises que nous appellerons ici sous le nom global de hébergeur. Lorsque vous vous adressez à un webmaster, celui-ci s’occupera généralement de réserver un serveur et un nom de domaine. Il pourra vous proposer d’héberger le site lui-même, s’il pratique également l’activité d’hébergeur, soit de faire héberger le site auprès d’une autre entreprise. Vous pourriez même choisir de ne faire réaliser que la construction du site proprement dite par votre webmaster et de prendre en main l’hébergement du site auprès d’un hébergeur vous-même, probablement à meilleur prix. Cela nécessitera toutefois des connaissances techniques certaines et aura des conséquences sur la sécurite, l’entretien et la maintenance ultérieure du site (voir la dernière partie).

2.1 Nom de domaine

Quelle que soit l’option que vous choisissiez, il est primordial de veiller à garder le contrôle de votre nom de domaine. La réservation d’un nom de domaine nécessite en effet de renseigner trois personnes de contact: le propriétaire, le contact technique et le contact pour la facturation. Si le webmaster réserve celui-ci pour vous, il faut veiller à ce que vous soyez le propriétaire du site, et le webmaster peut-être le contact technique et de facturation afin de pouvoir s’occuper de la configuration du nom de domaine, gérer les échéances de renouvellement de la location, … Le fait d’être propriétaire du nom de domaine signifie que vous êtes la seule personne qui peut accepter ou refuser de transférer le nom de domaine à quelqu’un d’autre. Si vous n’êtes pas le propriétaire de votre nom de domaine mais qu’il s’agit de votre webmaster, cela signifie donc que c’est lui qui pourra choisir d’autoriser ou non le transfert de votre nom de domaine. Une situation qui peut être très inconfortable ou gênante si vous souhaitez changer de webmaster pour une raison ou une autre.

2.2 Hébergement

En ce qui concerne l’hébergement, dans le cas où votre webmaster s’occupe de celui-ci et vous facture donc un forfait annuel pour les frais correspondants, il faut ensuite être attentif aux services éventuellement fournis. Si votre webmaster se contente de faire appel à une société d’hébergement, n’assure plus aucun suivi du site et se contente de vous refacturer les frais, ceux-ci devraient être extrêmement réduits, en-dessous de 50 € par an pour un site simple. S’ils sont plus élevés, cela signifie donc que votre webmaster s’octroie une commission sur les frais réellement payés. Votre webmaster devrait cependant également vous fournir d’autres services (maintenance, entretien, mise-à-jour, sécurité, sauvegarde, …, ces thèmes seront abordés dans la dernière partie). Dans ce cas, il vous faudra vérifier les services qu’il vous propose et si ceux-ci sont cohérents avec vos besoins.

Enfin, comme expliqué précédemment, un site web est un ensemble de fichiers. Faites préciser qui de vous ou de votre webmaster en est propriétaire : certains webmasters considèrent en effet qu’ils sont eux-même propriétaires du site et vous font payer une licence d’utilisation. Si votre webmaster s’occupe de l’hébergement de votre site, il est possible que vous n’ayez de toute façon jamais ces fichiers en votre possession directe (et vous n’en aurez normalement jamais besoin). Si vous décidez cependant de vous séparer de votre webmaster, pour une raison ou pour une autre, et que ces fichiers ne vous appartiennent pas, il vous sera impossible de récupérer votre site web pour le confier à un autre webmaster7.

Nos conseils

  • Réglez les questions d’hébergement et de nom de domaine avant de donner le feu vert pour le développement de votre site !
  • N’acceptez jamais que quelqu’un d’autre que vous soit propriétaire de votre nom de domaine
  • Évitez d’héberger votre site web vous-même si vous n’avez aucune compétence dans ce domaine !
  • Si votre webmaster héberge le site pour vous, renseignez-vous sur les services associés qu’il propose
  • Si votre webmaster héberge le site pour vous, assurez-vous de savoir qui en a la propriété

3. L’entretien et la sécurité

Les questions d’entretien et de sécurités sont généralement les plus négligées lors de la commande d’un site internet, il s’agit pourtant de points cruciaux ! En effet, les technologies8 web évoluent, les navigateurs évoluent et pour que votre site reste accessible pour un maximum de personnes et dans les meilleures conditions, celui-ci doit évoluer en parallèle. Les mises-à-jour de ces technologies corrigent de nombreuses failles de sécurité et évitent que votre site ne soit hackés, détourné et rempli de spams ! De plus, vous désirerez probablement, à un moment ou à un autre, modifier ou adapter le contenu de votre site. Il faut donc savoir dans quelle mesure cela sera possible et de quelle façon.

3.1 Possibilité de modifications

Il faut distinguer deux types de modifications: les modifications importantes du site, qui touchent à l’organisation générale du site, au design, … et les modifications récurrentes de contenus comme l’ajout d’images dans une galerie, l’ajout d’article dans un blog, un système de commentaires, l’ajout de produits dans un magasin en ligne, …

Il ne vous aura pas échappé que déterminer si une modification est importante ou non est laissé à l’appréciation de chacun et est donc potentiellement ambiguë. S’il faut trancher lors d’un conflit avec votre webmaster, c’est la catastrophe assurée, où vous risquez bien plus que ce que vous n’auriez dû. C’est pour cela que, si vous désirez pouvoir éditer vous-même une partie de votre site, il faut que ceci soit absolument mentionné dans le cahier des charges. Votre webmaster pourra alors mettre en place une section d’administration qui vous sera réservée, avec un mot de passe. Vous pourrez ainsi y ajouter ou modifier du contenu au travers d’une interface simple. L’ajout d’une telle fonctionnalité a un coût, aussi vous devrez déterminer à l’avance s’il est plus intéressant pour vous de demander la mise en place d’un tel système ou de passer par votre webmaster pour effectuer des modifications ponctuelles.

Concernant les modifications importantes (celle qui ne sont pas prévues originalement dans le cahier des charges) vous devrez renégocier un prix avec votre webmaster pour qu’elles soient intégrées, car il s’agira pour lui d’un nouveau travail. Si vous prévoyez une possibe évolution de votre site mais que vous ne voulez / pouvez pas la mettre en place actuellement, signalez-le à votre webmaster dès le début. Il organisera alors son développement dans cette optique afin de rendre les changements futurs moins compliqués !

3.2 Le choix et l’entretien des technologies utilisées

Il peut être impressionnant d’entendre un webmaster vous dire qu’il utilise la toute dernière technologie ou qu’il a développé lui-même sa propre technologie. Si vous pensez qu’il s’agit de bons arguments, c’est une erreur ! Achèteriez-vous une voiture d’une marque inconnue ? Choisiriez-vous un GSM car la prise du chargeur est unique et développée par cette seule entreprise ? Le choix d’une technologie nouvelle, inconnue ou isolée est un risque9, surtout de votre point de vue, car elle vous lie inexorablement à votre webmaster. En effet, si un désaccord survient, il n’est pas assuré que vous trouverez quelqu’un d’autre vers qui vous tourner pour reprendre le travail déjà effectué. Les technologies trop récentes sont, de plus, parfois moins stables et peuvent avoir des problèmes de compatibilité avec les plus vieux navigateurs ou certaines plateformes.

Afin d’assurer de la continuité de votre site web à long terme, il est préférable que celui-ci soit basé sur des technologies robustes et éprouvées. Vous faites confiance à une marque de voiture car elle à fait ses preuves. Pourquoi en serait-il autrement pour votre site web ? Cela ne signifie pas que les technologies vétustes sont les seules acceptables. C’est d’ailleurs tout le contraire, les technologies obsolètes sont elles aussi à bannir.

Il faut simplement, que les technologies utilisées aient fait suffisamment leurs preuves et qu’elles soient relativement bien établies. Si vous ne savez pas comment vérifier la réputation de celles-ci, un moyen aisé est de faire une recherche sur Google et de regarder le nombre de résultats obtenus. Vous aurez un indice sur le nombre de personnes qui s’y intéressent, la supportent et l’entretiennent. La page Wikipédia associée à ladite technologie est aussi d’une grande aide car elle vous donnera sa date de création, sa dernière date de mise-à-jour (il est important que cette technologie soit toujours développée et régulièrement mise à jour) et sa licence d’utilisation. Elle vous renseignera aussi sur l’organisme ou la personne qui l’a développée, quels grands noms de l’industrie l’utilisent et la soutiennent. Cela vous permettra de vous faire une idée sur son maintien futur.

Voici quelques exemples de résultats montrant que ces technologies sont à la fois utilisées et maintenues à jour : (les dates de dernière mise à jour ont été relevées en novembre 2017)

  • WordPress : nombre de résultats Google 1 690 000 000 – date de lancement 26 mai 2003 – dernière mise à jour 5 octobre 2017 – licence libre (GPL)
  • Symfony : nombre de résultats Google 9 190 000 – date de lancement 18 octobre 2005 – dernière mise à jour 11 septembre 2017 – licence libre (MIT)
  • Node.js : nombre de résultats Google 17 000 000 – date de lancement 27 mai 2009 – dernière mise à jour 1 février 2017 – licence libre (X11)

La technologie « midori Javascript Framework » est un exemple de technologie qui n’est plus soutenue. Le nombre de résultat dans Google est de 222 000 et sa page Wikipedia nous apprend que son développement s’est arrêté en Mai 2010. L’utilisation d’une telle technologie pour un nouveau site devrait être évitée à tout prix !

Les technologies populaires avec une licence libre10 ont souvent l’avantage de jouir d’une grande communauté de soutient. Le fait qu’une technologie continue à être mise-à-jour est très importante d’un point de vue de la sécurité, le sujet de la prochaine section.

Actuellement, on peut considérer que les technologies suivantes sont fiables : Symfony, Laravel, Zend Framework, Joomla!, WordPress, Drupal, PrestaShop, Angular, React, VueJS, … et d’autres, cette liste est évidemment non exhaustive. N’hésitez pas à vous renseigner si votre webmaster utilise une technologie qui ne fait pas partie de cette liste, les choses changent et une recherche simple vous permettra de vous faire une idée.

3.3 Sécurité et panne

Aucun système informatique n’est infaillible et il est bon de garder ce fait à l’esprit et de s’y préparer. Il n’y a pas de fixisme vis-à-vis de la sécurité d’un système : il s’agit d’une course permanente entre ceux qui profitent des failles et ceux qui les corrigent. Il est donc indispensable de maintenir l’ensemble des technologies utilisées à jour11 afin de juguler les failles de sécurités, c’est un entretien récurrent et indispensable.

Une attaque (hacking, spam, …) sur une faille encore non corrigée peut toujours arriver (si votre site web est à jour, cela reste rare) et la seule protection efficace sera d’effectuer des sauvegardes régulières. Sans elles, vous ne pourriez plus rétablir votre site une fois l’attaque terminée, et tout le travail de création de votre site pourrait être à recommencer. Pour les sites web dynamiques, restaurer votre site web à un état antérieur nécessitera des sauvegardes versionnées12 de l’état de votre site web au cours du temps. La nécessité de ces sauvegardes dépend de l’importance qu’a votre site pour votre activité. Les articles et commentaires d’un site peuvent, par exemple, être importants pour son référencement. Ce sont donc des données de valeur si une bonne partie de votre clientèle vous trouve grâce à votre site. S’il s’agit d’un site vitrine et que vous n’apportez que peu ou pas de modification à votre site, une seule sauvegarde de l’état initial peut suffire.

Malgré ces précautions, une panne du serveur peut toujours arriver, un disque dur qui lâche, une panne internet,…  Si vous devez garantir l’accès de votre site internet à tout instant et si son fonctionnement est indispensable pour votre travail, vous ne pourrez pas nécessairement attendre que le serveur soit réparé et réinstallé (ce qui peut prendre plusieurs jours suivant la gravité de la panne et la réactivité de votre prestataire).

Des solutions existent pour qu’un site puisse être remis en ligne au plus vite (dans l’heure, les minutes ou même les secondes qui suivent la panne). Dans ce cas, la technique utilisée est de garder une copie dormante (non accessible en ligne) sur un second serveur (physiquement différent, voire chez un prestataire différent). Cette copie est synchronisée avec le premier site en temps réel. En cas de panne, le site en copie peut-être activé et prendre le relais. Cette solution demande une mise en place particulière et implique des coûts supplémentaires. Peu de personnes ont réellement besoin d’un niveau de sauvegarde aussi sophistiqué. Cependant tout le monde devrait posséder une ou des sauvegardes de son site !

Nos conseils

  • Renseignez vous sur les conditions de modification du site. Si vous pouvez éditer du contenu, ceci doit être spécifié dans le cahier des charges !
  • Si vous pensez à une possibilité d’évolution ou de changement futur, qui ne doit pas être mise en place dès maintenant, signalez la dès le début !
  • Renseignez vous sur les technologies utilisées par votre webmaster. Sont-elles robustes, éprouvée, toujours maintenues et développées ?
  • Assurez vous de la compatibilité avec les différentes plateformes (mobiles, tablettes, desktop) et navigateurs (Edge, Chrome, Firefox) utilisés par vos clients
  • Si vous avez opté pour un abonnement auprès de votre webmaster, renseignez-vous sur ce que celui-ci inclut
  • Discutez à l’avance avec votre webmaster de ce qu’il est possible de faire pour prévenir et résoudre les problèmes. Si votre site web est indispensable pour votre travail, signalez-le !

Pour finir, n’hésitez pas à partager vos expériences ou à poser vos question dans les commentaires.


  1. SEO : Search Engine Optimisation.
  2. Enterprise Resource Planning: système modulaire informatique permettant une gestion globale et quotidienne d’une entreprise, plus d’info ici.
  3. Customer Relationship Management: ensemble d’outils permettant la gestion, l’analyse et le suivi des clients ou futur clients « prospects », plus d’info ici.
  4. Certaines agences de communication intègrent des développeurs dans leurs équipes. Il est préférable de s’assurer que les tâches de développement soient effectuées par des professionnels
  5. Chaque ordinateur (et donc chaque serveur) connecté à Internet possède une adresse IP, un ensemble de chiffres l’identifiant de façon unique (pour connaitre votre IP cliquez ici). Bien qu’il soit possible de récupérer le contenu d’un serveur à partir de cette adresse, c’est peu pratique car cette suite de chiffres n’évoque pas le contenu du site et est donc difficile à retenir.
  6. Le nom de domaine et l’adresse d’un site internet ne sont pas deux choses parfaitement équivalentes. Votre site est généralement constitué de plusieurs pages, d’images, …. Chacun de ces contenus possède une adresse propre différente qui fait intervenir le même nom de domaine, la porte d’entrée de votre site internet.
  7. La question de la propriété est une question complexe qui mériterait un article à elle seule. En cas de doute, n’hésitez pas à contacter un professionnel !
  8. Nous regrouperons sous le vocable « technologie » l’ensemble des frameworks, plugins, librairies, programmes et outils utilisés pour développer un site web.
  9. Le choix d’une technologie nouvellement développée se justifie dans un cas: s’il n’existe pas d’autres alternatives.
  10. Un logiciel ou une technologie est libre si son utilisations et sa modification sont permises (par opposition aux logiciels et technologies propriétaires). Si le développeur original ne maintient plus sa technologie à jour, elle peut être reprise par quelqu’un d’autre. Le fait qu’une technologie soit libre ne l’empêche pas d’être développée et soutenue par de grands acteurs du développement. La technologie AngularJS par exemple est libre et principalement développée par Google.
  11. Microsoft à imposé les mises à jour automatiques obligatoires pour Windows 10. Bien que ce choix soit idéologiquement discutable, il est bénéfique du point de vue de la sécurité.
  12. Les sauvegardes versionnées permettent de rétablir l’état de votre site web à une date antérieure. Pour ce faire, des instantanés (ensemble du contenu de votre site) doivent être sauvegardés régulièrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *